Category Archives: Prospective

le boom des objets connectés, vers l’internet of everything

Atelier objets connectes - Conférence Techdays 2014 animée par Bernard OurghanlianObjets connectés, avez-vous donc une âme ? C’est le titre d’une conférence des Techdays 2014 animée par Bernard Ourghanlian, directeur technique de Microsoft. Si la question philosophique reste à débattre, il n’en reste pas moins que 2014 sera bien l’année du décollage de ces objets annoncés depuis quelques années.

En effet, leur développement et leur diffusion massives et rapides sont désormais possibles. Gartner n’annonce t-il pas 26 milliards d’objets connectés en service dans le monde en 2020. L’IDATE penche pour 80 milliards.

Quatre conditions de cette explosion sont réunies :

  • La maturité du smartphone et de sa diffusion, ce qui permet l’agrégation des objets,
  • Le développement du cloud, qui permet stockage et accès aux données de n’importe quel point,
  • Le perfectionnement des capteurs qui offrent désormais puissance et autonomie énergétique,
  • Le big data qui permet de collecter des données dont la masse va exploser et d’en extraire la valeur ; sans oublier le machine learning qui permet de donner une intelligence à l’ensemble.

On se prend à imaginer ce qu’apportera le développement de l’intelligence artificielle à ce monde d’objets communicants devenus éducables et en tout ou partie autonomes.

Cet internet des objets vient après l’internet des infos, (le web), l’internet des individus, (les réseaux sociaux), et l’internet des lieux (Foursquare) ; en somme le tout internet, l’internet of everything. People to people, people to machine, machine to machine, tout est connecté. Les enjeux techniques, économiques et sociétaux sont colossaux et tous les domaines sont concernés. Si un certain nombre d’exemples relatifs à l’automobile et à la ville connectées, aux smarthomes et smartgrids, projets en partenariat avec Microsoft ont été présentés aux Techdays, le sport, la santé, l’assistanat aux personnes âgées ou à chacun d’entre nous, l’agriculture, la réalité augmentée sont le cadre de scénarios de développement des objets connectés.

Alors cette explosion n’est-elle pas une bulle ? La multiplication tous azimuts d’innovations garantit-elle que ces objets vont trouver un public ?

Parmi les objets déjà accessibles au grand public, l’offre porte d’abord sur des objets portables. Il suffit de parcourir quelques sites pour voir que la concurrence sera sévère. Il est temps de créer sa startup, mais il y aura des morts. Le potentiel est énorme, mais quelques obstacles pourraient freiner la vague : La gadgétisation excessive décrédibilisante, une interopérabilité défaillante liée à une bataille des standards, une interconnexion peu étendue qui isolerait chaque objet, et bien sûr la sécurité des données qui s’impose de plus en plus comme une question centrale. Enfin le progrès nécessitera le design d’interfaces homme-machine nouvelles, l’expérience utilisateur devient globale, avis à tous les UX et Thinking designers ! Et si vous voulez concevoir de petits objets connectés, Microsoft propose Gadgeteer, un petit outil open source. L’innovation pour et par tous (ou presque), c’est aussi ça le numérique.

Share

Comment réinventer l’expérience utilisateur dans les processus d’achat ?

Beaucoup d’acteurs cherchent une solution à l’utilisation des magasins comme simples showrooms par le client, lequel achète ensuite moins cher sur Internet. Des expériences émergentes tendent à repenser l’expérience utilisateur de façon à offrir sur place une expérience complète en  digitalisant l’expérience du commerce de bout en bout, (retail 2.0). Il s’agit de proposer un maximum d’interactivité en associant magasin physique et imaginaire technologique.. Quelques réalisations qui nous ont été présentées aux Techdays ont retenu mon attention :

- Razorfish Emerging Experience 5D : Il s’agit d’intégrer équipements, contenus, expérience, Analytics et CRM pour proposer une expérience de réalité augmentée, immersive et connectée, notamment à l’aide du dispositif Kinect de Microsoft (corps interface) et de tablettes in store. Je photographie une image dans la rue  à j’ai un look book à une wish list à je retrouve les articles en magasin à je synchronise ma tablette ou mon mobile à je fais un essayage virtuel. Un processus extensible à bien d’autres secteurs que le vêtement.

 

- Audi city Londres, conçu comme une installation interactive dans laquelle implication du corps et imaginaire technologique stimulent la relation émotionnelle avec la marque. Je configure et j’explore le véhicule en 3D et en taille réelle en utilisant mes mouvements (Kinect techno) → j’explore tactilement objets et matières (taggés RFID) qui sont automatiquement intégrés dans le modèle 3D → je sauvegarde la configuration sur une clé USB et je la retrouve à la maison. Une réalisation en accord avec l’image d’innovation d’Audi, appelée à être étendue d’ici 2015 dans d’autres grandes villes européennes.

 

- Go MacDo, expérience en cours à Paris Panthéon par exemple : Je prends une commande depuis mon smartphone → j’obtiens un Qrcode → je le présente à une borne en arrivant au magasin → je bénéficie d’un parcours dédié pour retirer ma commande. Après évangélisation interne et adaptation de son site et de sa présence sur les réseaux sociaux, le processus permet à Mac Do de trouver là un nouveau relais de croissance et de mieux connaître ses clients. A priori, le succès de l’expérience devrait autoriser son extension à toute la France à l’automne 2013.

J’ai testé aussi le premier bar tactile à Paris, dans lequel on peut passer ses commandes, surfer sur le net, …boire un cocktail (apporté par un être humain en chair et en os) et appeler un taxi, sur des tables Surface ou des tablettes ; une expérience émergente dont le succès dépendra de son développement progressif et de la qualité de l’émotion proposée.

Share

Être, c’est être vu ! La photo, vecteur central du marketing de soi sur le web

L’étude SOFRES pour la CNIL le confirme, les trois cent millions de photos déposées chaque jour sur les réseaux sociaux sont au cœur de l’activité sur le web social. Que ce soit pour s’exprimer, s’exposer, partager, 54% des internautes déclarent prendre des photos dans le but de les publier et 58% (86% des 18-24 ans) déclarent en publier. Leur choix participe pour une large part du personal branding et de la construction l’estime de soi

« Être c’est être perçu » écrit Berkeley. Les technologies de l’information aidant, être c’est être vu ! Alors que donne-t-on à voir et que perçoit-on sur ces photos ? Le corps dans ses expressions et ses positions, son emballage, et la situation ou l’environnement dans lequel il se trouve. Le marketing de soi va bien au-delà de la seule apparence…

D’abord, l’image brute, objective. Mais cette image est prélevée dans une tranche de temps et d’espace d’une infime épaisseur qui ne préjuge précisément ni du temps d’avant ni du temps d’après. L’objectivité de cette image brute, bien qu’incontestable ne traduit qu’un moment artificiellement figé.

Ensuite l’image que l’on voit de soi et que les autres voient de vous. L’unicité incontestable de la photo (un individu, un espace et un temps définis) est mise à mal par la perception qu’en ont aussi bien le sujet que les regardeurs, chacun appliquant ses propres filtres esthétiques, culturels et affectifs.

« Nous ne connaissons des choses que ce que nous y mettons » écrit Kant. A chaque regardeur son image ! Croire que la photo représente la vérité de l’être serait se comporter comme les prisonniers de la caverne de Platon. Notre rapport au réel est tissé par un milieu culturel, des habitudes, un état affectif, une certaine corporéité… Il est donc en grande partie imaginaire et construit à notre insu des représentations et des jugements.

L’image est donc forcément subjective, sujette à interprétations diverses. Elle reflète l’identité et l’état psychique et relationnel du sujet. Elle n’est donc pas innocente. Certes, elle est la façon de communiquer la plus immédiat, elle traduit des valeurs et induit une valeur (Estime vient du latin oestimare-évaluer, donner une valeur). Tout l’art de communiquer consiste à choisir ses images de façon à transmettre ce que l’on veut transmettre, et ce n’est pas simple, ce qui explique que 73% des internautes (SOFRES-CNIL) s’inquiètent de l’utilisation que d’autres pourraient faire de leurs images publiées.

Share

Webindex 2012, un panorama de la France connectée selon Tim Berners-Lee et la www.foundation

Comment mesurer l’impact du web dans un pays donné ? Quels indicateurs ? Ce n’est pas une question nouvelle. Au travers de la Web World Wide Foundation, Berners-Lee et quelques acolytes lancent le webindex, sensé être un indicateur global de la place de l’internet et de son impact dans une soixantaine de pays.

 Un planisphère donne une vue globale des résultats par pays. Si Suède, Etats-Unis et UK arrivent en tête, la France est classée quatorzième. On peut certainement discuter la pondération des items retenus, la note attribuée, et penser que la louche est un instrument de mesure comme un autre, mais la tentative mérite d’être observée.

Derrière l’index global et le classement de chaque pays se cachent trois grands thèmes, la présence sur le web, les infrastructures et enfin  l’impact du web sur l’économie, la politique et la vie sociale. Ces trois grands thèmes  regroupent près d’une centaine d’items, tous cliquables. En parcourant les graphiques généraux (voir ci-dessous), puis pour chaque item, on est sensé prendre conscience des forces et des faiblesses  de chaque pays. C’est d’ailleurs l’ambition déclarée de cette initiative, dont l’objectif est de montrer aux décideurs et aux acteurs les points forts et les points faibles et de leur donner une perspective sur les progrès possibles. Et dans l’optique de Berners-Lee et consorts, le progrès c’est toujours plus de web.

 

Graphique Web Index : "Economic Impact - France"

http://thewebindex.org/visualisations/

Share

Kindle, Kobo, Cybook et les autres. Les liseuses numériques, outils d’une mutation

 

Image de la Liseuse de Fragonard

La Liseuse de Fragonard

Fin d’un monde  ou nouveau monde ? Mutation ou révolution ? La liseuse de Fragonard pourrait-elle bientôt apparaître comme un témoin d’un mode de lecture révolu ? C’est un fait annoncé, avec l’arrivée en France du poids lourd Amazon et son Kindle, le développement de l’offre et de prix stratégiques, la lecture sur support numérique devrait décoller en France, après un démarrage un peu poussif, tout comme elle a décollé en peu de temps aux US en trouvant des lecteurs satisfaits et fidèles. Il ne faut pas s’y tromper, il s’agit bien là d’une très profonde mutation qui conjugue nouvelle technologie et nouvelle morphologie, mode d’écriture et support, de la même façon que le passage de la tablette gravée au papyrus, puis au codex et à l’impression. Je me livre donc ici à un tour d’horizon non exhaustif de quelques premières questions soulevées par cette mutation.

 

Quel impact sur nos pratiques ?

Il ne s’agit plus de fureter mais de naviguer, plus de toucher et de feuilleter mais de cliquer et de zapper. Il ne s’agit plus de sortir (chez son libraire) mais de s’asseoir près d’un spot WiFi pour télécharger (en une minute) puis de s’asseoir ou de s’allonger pour lire pour l’instant essentiellement des livres papier numérisés. Il ne s’agit plus d’emporter un livre en week-end, mais toute sa bibliothèque…

 

Quoi de plus avec les liseuses actuelles ?

 

Les possibilités de marquer, corner, surligner, annoter sont conservées et facilement mises en œuvre. Dès lors que l’on prend en compte l’étendue de la bibliothèque stockable, bien plus fournie que celle d’un français moyen…et transportable, l’avantage est manifeste ; de même si l’on considère la présence de dictionnaires intégrés et la recherche rapide par mots-clés ; à noter aussi le prix inférieur de la version numérique des ouvrages, la disponibilité de nombreux classiques à des prix dérisoires voire gratuits. Par ailleurs, les changements de police, de caractères ou de mise en page permettent une accessibilité renforcée. Côté éditeurs, rien ne permet désormais de retarder des retirages d’ouvrages anciens ou peu diffusés à très faible coût et sans invendus.

 

Mais alors quoi de moins ?

 

La sensation d’être prisonnier d’un système fermé sur Amazon ou sur la FNAC par exemple, et les comportements futurs de ces acteurs sont loin d’être connus ; le fait que le livre numérique ne puisse être prêté ni échangé, ni transféré, mais que l’objet qui le contient soit lui « perdable » ou « volable » emportant avec lui la bibliothèque. On peut aussi être gêné par l’uniformisation que les liseuses actuelles confèrent aux différents types d’ouvrage. l’affaiblissement sensoriel lié à la disparition des nuances du toucher, de l’odeur et de la structure du papier gênera sans aucun doute les amoureux du livre papier qui sont encore très nombreux, mais quid des générations élevées à l’écran ?

 

Que restera t-il du livre papier ?

 

Nul ne peut aujourd’hui faire un pronostic fiable. Dans un premier temps, il semble que les ventes papier ne se portent pas si mal aux Etats-Unis, encore que… Les encyclopédies, beaux livres, ouvrages universitaires, ouvrages de fond sont encore très majoritairement diffusés sur papier, peut-être parce qu’encore mal adaptés au nouveau format. Mais bien peu de libraires pourront dorénavant se contenter de ne vendre que des livres… La diffusion des e-books explose aux US tant dans les ventes qui dépassent depuis plusieurs mois celles des livres de poche que dans la dotation déjà étonnamment élevée des bibliothèques municipales ou universitaires. Que de chemin à parcourir en France ! A ce rythme, devant quelle bibliothèque poseront nos « sachants » (ou ceux qui tentent de donner le change) dont les murs couverts de livres manifestaient le pouvoir – voir nos présidents de De Gaulle à Pompidou, Mitterrand et Sarkozy – Il reste à inventer la liseuse statutaire ou l’objet symbole qui remplacera les étagères ( avis aux designers ! )

 

Quel avenir pour ces liseuses numériques ?

 

Il faudra quelques années, quelques décennies peut-être pour mesurer le chemin parcouru au fur et à mesure de l’arrivée de générations lisant sur écran depuis l’école et des progrès technologiques : Bientôt l’écran souple, l’écran haptique (et plus tard peut-être une intégration au corps). Pour le moment très proches de l’organisation du livre, ces nouveaux outils – encore des objets transitionnels ? – semblent adoptés très facilement compte tenu de leur interfaces intuitives. L’écran couleur quant à lui est déjà proposé notamment par Barnes et Noble avec son Nook aux US.

 

Enfin quel impact sur ce que nous lirons ?

 

L’essentiel de ouvrages disponibles consiste actuellement en des livres numérisés. Il est difficile d’imaginer si et comment l’écriture et les contenus proposés évolueront lorsque des écrivains exploiteront les possibilités du numérique. Nul doute qu’au fur et à mesure que l’écriture cherchera à exploiter toutes ces possibilités, l’hypertexte, le multimédia, de nouvelles formes de création littéraire émergeront et seront accompagnées par des évolutions des interfaces. Sur le plan de la diffusion des oeuvres, le poids et le comportement des géants comme Amazon, qui vient aussi de se lancer comme éditeur et peut donc tout faire, questionnent quant au contrôle de fait qu’ils pourraient exercer sur ce que l’on nous donne à lire et comment on le propose. Le comportement d’Apple qui censure certaines applications et impose sans discussion des redevances avantageuses pour accéder à ses supports ne plaide pas pour trop de naïveté.

 

Share

eG8, où va l’Internet ?

Dans son discours d’accueil du eG8, le président de la république n’a pas manqué de brosser un tableau qui consacre une prise de conscience de l’importance de l’Internet dans la diffusion des savoirs, de son importance croissante dans le domaine économique, dans la diffusion des bonnes et mauvaises pratiques dans tous les domaines, bien sûr aussi dans le domaine politique comme l’ont illustré de nombreux événements de ces dernières années depuis l’élection d’Obama jusqu’aux mouvements arabes en passant par Wikileaks. Il suffirait donc de réguler pour mieux développer et de supprimer les scories pour avoir enfin un internet civilisé (terme souvent repris par nos gouvernants). D’où l’idée affichée de recueillir les propositions ascendantes (depuis un parterre tout de même choisi) avant peut-être d’édicter des règles… descendantes bien sûr…

 

Certes, on est évidemment d’accord avec le fait qu’Internet ait pris une importance stratégique, que des freins à son développement subsistent, que des modèles économiques sont remis en cause, que des inquiétudes légitimes se font jour quant à la protection de la vie privée et au droit à l’oubli, à la surveillance, aux problèmes des sources, des effets de masse et des manipulations possibles. Alors réguler et civiliser ? Si j’en crois mon petit Robert, civiliser, c’est « faire passer (une entité sociale) à un état social plus évolué ou considéré comme tel dans l’ordre moral, intellectuel, artistique ou technique ». Il faudrait donc réussir dans le monde d’Internet à dégager une morale commune de laquelle découleraient des règles censées offrir un cadre de développement harmonieux.

 

Bien, mais alors quelle morale commune ? Celle des grandes entreprises du net qui ne souhaitent pas vraiment s’embarrasser de règles trop contraignantes pour elles ? celle des industries traditionnelles qui souhaitent faire du vieux avec du neuf (voir Hadopi ancienne formule et son échec annoncé tant on est loin des possibilités intrinsèques du réseau) ? Celle de la privacy à l’américaine ou celles d’ailleurs remises en cause par les propriétés intrinsèques du numérique de la vie privée à l’européenne ? celle du net tendance chinoise (la Chine n’était pas là) ? ou encore celle des hackers si importants dans la génèse de l’esprit du net, défendant un territoire indépendant et autorégulé ? ou encore celle des pourfendeurs de l’horizontalité (dont on se souvient de quelques interventions) ? …

 

Une partie de la réponse se trouve dans la liste des intervenants et la composition des plateaux qui a fait la part belle aux géants des grands groupes et du e-business…et les dirigeants de nos agences étaient parmi les invités. Il n’est bien sûr pas illégitime de rechercher les voies d’un développement d’Internet et de son économie, bien au contraire. Mais sans faire de procès d’intention, le voir comme simple espace à normaliser, comme simple extension de l’espace marchand et de l’espace du pouvoir et négliger le fait que l’internaute est au centre d’internet  serait extrêmement réducteur et certainement contre-productif. Etait-ce une raison de ne pas organiser cet eG8 ? Non, seulement une raison de se montrer attentifs à la route choisie et à toutes les évolutions qui en résulteraient.

Share

Twitter vu par ses utilisateurs en France

 

Nuage de TAG : Twitter vu par ses utilisateurs

ifop ©

 

 

Un peu plus de trois ans après son apparition, et après l’explosion 2009 qui l’a vu promu par les médias, où va Twitter ? Si les données sont désormais assez nombreuses, il n’est pas très facile de dégager une cohérence, vu les différences parfois constatées. L’étude de l’IFOP (pdf 2010) auprès d’utilisateurs, parue en décembre 2010, permet de dégager leurs profils et des usages types. Si l’on en croit cette étude, l’utilisateur type serait un homme en général (pour les 2/3) ayant entre 18 et 34 ans, cadre (pour 50%), inscrit par ailleurs dans des réseaux sociaux ou de géolocalisation, ayant publié une moyenne de 452 tweets depuis l’ouverture de son compte (298 pour les femmes), et suivi par 350 followers ; un profil plutôt marqué technophile, encore proche d ‘un earlyadopter inscrit dans l’écosystème des réseaux sociaux pour reprendre les termes de l’IFOP.
Quand à l’intérêt pour les usages, les mots partage, information et réactivité sont sans surprise les plus cités avec tous les mots ayant trait à la vitesse ; du lien en temps réel, pour diffuser et commenter des infos et partager avec sa communauté de suiveurs, mais aussi des usages (supposés ou réels ?), jugés utiles, et plus orientés vers la communication d’entreprise, la création d’un réseau de prospects et de clients, ou le drainage d’audience vers un blog, sans oublier la communication politique. En revanche, il est intéressant de noter que la recherche de bons plans et de voyages, usages que les utilisateurs mettaient en bonne place dans l’étude IFOP 2009, apparaît désormais délaissée. Où l’on voit qu’une sélection des usages s’opère à l’usage justement.
On le voit, Twitter semble tarder à sortir d’un certain segment d’utilisateurs. Certes le taux de notoriété progresse à 80%, mais les inscrits ne dépasseraient pas 7% des internautes et les ouvertures de comptes en 2010 semblent marquer le pas. 96% des utilisateurs trouvent Twitter utile (dans le cas contraire, seraient-ils encore utilisateurs ?), encore faudrait-il distinguer ceux qui sont réellement actifs, et qu’une étude Sysomos monde de 2009 jugeaient très minoritaires, comme d’ailleurs sur les réseaux sociaux en général. Condamné à évoluer, Twitter, d’abord « simple » outil de microblogging, devient réseau social incluant des remontées depuis les blogs, des médias photo ou vidéo consultables directement ou la géolocalisation, ainsi que la création de listes. Mais sur ce terrain, il y a fort à faire face à facebook, plus grand public, qui développe lui aussi les modes d’échange instantanés et organise la convergence des usages.

 

Share

Internet mobile à l’horizon 2014

Une étude de Capgemini publiée en juillet 2010 pour le SRI (syndicat des régies internet) montre la forte croissance du mobile qui sera le premier point d’accés à internet en 2014 en France. Cela rejoint l’étude de Gartner début 2010, dans laquelle il annonce que dès 2013, le nombre de smartphones et de mobiles connectables devrait dépasser le nombre de PC. Cela induit bien que le mobile en général devienne le premier moyen d’accès potentiel à Internet. Ce développement devrait contribuer à permettre potentiellement à 3 milliards d’adultes d’effectuer des transactions électroniques (internet mobile ou PC) à partir de 2014.

L’augmentation du taux de pénétration de l’internet mobile s’inscrit dans une évolution logique. Du téléphone à fil à la cabine puis au mobile, du desktop au portable et à la plaquette, de l’interface mécanique à des interfaces tactiles, la tendance incontournable est à l’autonomisation de l’univers de la communication, à l’adaptation des interfaces à une utilisation plus instinctive, à l’intégration au corps de prothèses extensives permanentes, autonomisation et intégration étant bien sûr corollaires l’une de l’autre. Rien de surprenant donc dans les prévisions de Gartner et dans celle de Capgemini

La première conséquence est évidente : on voit bien sûr l’intérêt qu’il y a à concevoir des sites et des applications adaptables ou optimisés pour le format mobile, de négliger la relation avec un grand nombre, et bientôt peut-être, une majorité de ses utilisateurs et de ses clients. Toujours d’après l’étude de Capgemini, 67% des annonceurs en France envisagent d’ores et déjà le développement d’une application mobile.

Autre conséquence que pointe Gartner: là où le web, le search, permet d’extraire de l’info organisée et promue pour drainer l’attention qui remonte vers l’émetteur, le développement de l’internet mobile permet de s’adresser directement à l’utilisateur dans une stratégie moins « pull » et plus « push ». La connaissance du contexte et celle du profil de l’utilisateur prennent une importance de premier plan : localisation, motivation, fréquentation des réseaux sociaux deviennent des renseignements fondamentaux pour la segmentation et le ciblage permettant de délivrer un message personnalisé rattaché à l’expérience de cet utilisateur.

Une confirmation : Facebook, présent d’entrée sur des smartphones, sera, sauf dérapage, confirmé en 2012 comme premier hub pour le social web et l’interopérabilité des réseaux, au travers de mécanismes divers comme Facebook Connect par exemple. Cela le place en situation de premier marchand de profils. Et voilà confirmé que la gestion de la vie privée restera un grand défi pour Facebook et par ricochet pour nous aussi !

Share

Un pas de plus vers la disparition des limites avec Aka-Aki, le réseau social mobile qui grandit

Il a suffit d’un article dans le monde pour qu’Aka-Aki éveille de nouveau l’intérêt ; le mien en particulier puisqu’il se place dans la parenté d’un projet d’études en Arts Appliqués du nom générique « friendly » que j’avais présenté à Toulouse en 2004 et qu’il est le résultat d’un projet développé à l’Université des Arts de Berlin, mis à disposition en 2008 dans sa version publique. Décidément, Si de par leur liberté et leur sensibilité, parce qu’ils se tiennent au bord du monde, les artistes peuvent être des vigies comme l’écrivait Mac Luhan, ce projet parmi beaucoup d’autres montre qu’ils peuvent aussi être des précurseurs.

En bref, qu’est-ce que Aka-Aki ? Un réseau social mobile qui semble plus abouti que certains essais précédents, qui revendique 100 000 membres essentiellement en Allemagne, particulièrement à Berlin, mais qui semble s’étendre. Il repose sur un système de géolocalisation et de transmission associant GPS, Wi-Fi et Bluetooth, gratuit, exploitable sur le web, mais aussi sur mobile. A priori compatible avec Twitter, il offre les possibilités habituelles d’un réseau social en matière de messaging et friending. L’usager est invité à coller sur son profil des stickers indiquant ses goûts dans les domaines culturels, sexuels, professionnels et autres. Le point fort, c’est que dès lors que cet usager croise à portée de Bluetooth un autre membre, leurs mobiles affichent leurs profils respectifs, et même conservent la mémoire de la rencontre. Rien de plus simple alors que de contacter l’ami présent dans les parages, le membre dont le profil affiche des intérêts communs, ou bien le (ou la) titulaire de la (jolie) photo qu’affiche le profil et de lui proposer une rencontre. On a compris que ce réseau n’a (éventuellement) d’intérêt qu’au dessus d’une certaine taille critique et donc pour l’instant dans de grandes villes ou des lieux très fréquentés.

Je ne sais pas ce que deviendra Aka-Aki, mais il marque une avancée (je n’ose pas le mot progrès tant il y a d’incertitudes sur ce vers quoi pourrait nous mener ce type de réseau, le pire ou le meilleur…) illustrant l’effet Moebius cher à Pierre Lévy : Disparition des limites public-privé, espace propre-espace commun, carte-territoire. Il est un outil du lien social basé sur le sentiment et l’intérêt personnel, donc volatile, propice à la constitution de communautés à géométrie et à durée variable. Dans ce cadre, le téléphone mobile est l’outil tout indiqué parce qu’il est un lien entre espace privé et espace public, un nœud de passage réversible de l’un à l’autre de ces espaces.

Ce brouillage des limites a pour corollaire le brouillage des limites du territoire. Autrefois limité par les possibilités de déplacement et les rapports sociaux, délimité par des frontières, signalé par des panneaux, taggé ou graffité, il cède la place à des territoires virtualisés. Aka-Aki, c’est d’abord une pancarte virtuelle qui s’actualise sur l’écran du mobile de votre voisin. A la déterritorialisation du réseau, répond la reterritorialisation de la rencontre, imbriquant territoire virtuel et territoire réel, territoire propre, territoire commun et territoire tribal. Dès lors, le marquage par des implants communiquants (et le mobile s’en rapproche) permet à l’individu, mais aussi à des objets et des machines de se reconnaître, d’être reconnus et de se signaler en fonction d’intérêts programmés par avance. Dans cette optique, l’internet des objets ne se sépare pas de l’internet des individus. Aka-Aki ce n’est pas encore cela, mais c’est déjà cela…

Les auteurs du projet parlent de réalité augmentée. Ce réseau mobile enrichit les possibilité du mobile-prothèse en nous permettant non seulement la présence à distance, mais aussi la reconnaissance, la détection et le tri à distance en temps réel, comme le ferait un nouvel organe des sens qui étendrait le monde réel. Nul doute qu’un tel système ne puisse s’étendre à des espaces de délivrance de flux personnalisés (une autre facette de l’étude que j’avais présentée à Toulouse en 2004) qui, de même que compter le nombre de passages (mémorisés par le système, rappelons-le) de tel ou tel individu ayant tel ou tel profil en tel ou tel lieu, intéresseraient les publicitaires (et bien d’autres comme on peut l’imaginer sans peine…). Il reste tout de même à connaître l’avis de la CNIL et organismes apparentés sur ce possible nouvel œil de Big Brother, et bien sûr jusqu’où ira l’adhésion des utilisateurs. A suivre…

Share

La Terre de Google, quand la carte précède le territoire ?

Image tirée de google carpet

Google Carpet, Robert Sollis

La géolocalisation sur Google Maps ou bien sur Virtual Earth, plus rarement pour l’instant sur Terraexplorer de l’IGN est désormais d’utilisation courante et offre une nouvelle approche désormais familière de l’espace. Dans des sites, l’ambition paraît être encore de rendre compte de la géographie le plus exactement possible, de nous permettre de nous repérer, de nous localiser. Il y a équivalence entre le signe et le réel. On peut d’ailleurs éventuellement éprouver cette équivalence en superposant carte et photo. le territoire précède encore apparemment la carte qui en est une traduction. En fait, la représentation que se fait l’utilisateur de cet espace et la perception globale qu’il en a sont certainement plus profondément modifiées que nous ne le pensons de prime abord.

Si l’on s’en tient à Google Maps, de quoi s’agit-il ? Dans sa version complète, une carte peut être superposée à une photo aérienne voire au relief. Des marqueurs de divers types peuvent être disposés sur ces supports. Il y a là hybridation de la carte, de la photographie et aussi de l’espace discontinu constitué par les entités marquées qui constituent un espace mental de l’utilisateur, une hybridation du signe et du réel, du conceptuel et du perceptuel. En bref, cette hybridation donne naissance à un nouvel espace qui n’est plus seulement un espace euclidien, mais une sorte d’espace sandwich (comme le dirait Philippe Quéau) habité.

Dans cet espace, il se produit imperceptiblement un premier glissement comme le met en évidence Google Carpet, la réalisation de Robert Sollis. Lorsqu’en 2007, il dispose des carrés de mousse à l’échelle du pixel sur le gazon pour dessiner un marqueur Google Map pour attirer l’attention vers le Royal Collège of Art de Londres, il ne fait que détourner le balisage de Google et provoque une confusion entre le réel et le signe sur les photographies aériennes. Pour exister, il faut d’abord exister sur la carte, d’abord y placer un signe… Il met ainsi en évidence les prémices de ce glissement vers la primauté de la carte sur le territoire, glissement annoncé par Baudrillard.

L’intérêt voire la fascination éprouvée par certains utilisateurs s’explique pour une large part à mon avis par la nouvelle relation à cet espace. Tout d’abord, contrairement à la carte-plan, il est, de par l’hybridation du signe et du réel, plus directement accessible aux sens. D’autre part, il donne à l’utilisateur l’illusion de l’omniscience (je peux voir n’importe quel point du monde… les piscines de mon quartier) et aussi d’une forme d’omnipotence (j’ai le monde au bout des doigts et cela au premier sens du terme sur mon écran tactile). Enfin, il est habité et j’y existe (On s’est tous précipités pour voir notre maison, notre quartier), …et je peux y faire signe à tous. Au delà de la simple possibilité de localisation, Google Maps (et consorts) nous offrent donc une nouvelle relation au monde.

Share