Gaga, viande et TIC

 

Quel rapport entre ces trois mots ? Tout le monde a vu (enfin, c’était fait pour ça) Lady Gaga aux MTV Video Awards vêtue d’une robe de viande crue, tout comme sur la couverture de Vogue Japan. Du déjà beaucoup vu en art et en design, mais pas par le grand public à la télé, ce qui explique le buzz. Je ne suis pas sûre que l’habit ou le discours de LGaga soient soutenus par une position philosophique ou métaphysique très affirmée.

Je vais donc me hasarder à quelques hypothèses sur la signification de cet habit :

Lady Gaga au MTV Video Awards vêtue d’une robe de viande crue
Lady Gaga sur Madmoizelle.com

Version1 :

Le développement des TIC et des technologies du numérique en général est à l’origine d’une porosité croissante entre intérieur et extérieur.
Un retournement qui se décline dans ce que Pierre Lévy appelle l’effet Moebius : rapports privé-public, intime-extime, propre-commun, carte-territoire, réel-virtuel…, et aussi extérieur-intérieur du corps (par l’image médicale numérique notamment).  De façon consciente ou inconsciente, tout cela rend possible l’exposition du corps retourné ou disséqué…


Version2 :

Le corps ne suffit plus à contenir toute l’information déversée par les réseaux.
Peu capable de mémoire, moins performant que des machines, il est encore une interface indispensable, mais les progrès du numérique, des prothèses extension et des mémoire externes, de l’intelligence artificielle le renvoient à terme à son obsolescence. Il resterait un organe de chair externe à ses prothèses, entrave au pur esprit souhaité par Turing, inventeur de l’ordinateur,  un simple objet de chair symbolisé par LGaga en viande. On retrouve là en partie les thèses de Stelarc.


Version 3 :

Il n’est que viande vouée à la mort et à la putréfaction, une conception développée depuis l’antiquité puis par le christianisme.
« La chair est périssable jusqu’à l’indécence » (Cioran). On aurait conseillé à LGaga de persévérer quelques jours pour vérifier cette évidence… Déjà fait en 1987 par Jana Sterbak dont la robe de viande (Vanitas : robe de chair pour albinos anorexique) est au centre Pompidou. Le débat n’a d’ailleurs pas beaucoup avancé. Si vous avez 8mn30 écoutez le débat mi-désolant, mi-désopilant sur radio Canada à propos de cette robe exposée à Montréal en 1991.


Version 4 :

Terry Richardson (photo de Vogue) est un photographe habitué des people et sait les mettre en scène de façon assez polémique et s’exprime notamment dans des pub «  porno chic ».
Là, c’est une communication, un marketing du type plus on me voit, plus j’étonne, plus je choque, plus on buzze, plus la télé et les magazines remplissent les salles et les stades…


Version 5 :

celle de LGaga : « résistons avant d’être transformés en viande !». ? ?
Chacun d’entre nous est appelé à développer…


Version 6 :

c’est n’importe quoi !

A vous de choisir !  😉

Partage...
  • 11
    Shares

2 comments

  1. Et faut pas louper la réponse de Walsh : http://www.youtube.com/watch?v=lWbf6THzzi4 , même si c’est pas aussi réussi que l’originale…

    T’oublies de rappeler qu’elle a de fortes chances d’être végétalienne et un peu choquée par les méthodes d’élevage des animaux et des abattoirs…

    Mais bon, dans le doute je prends des considérations plus rationnelles : la 4) et la 6) pour moi.

  2. exact FX…
    Version 7 donc : je suis végétalienne mais je m’enveloppe de viande crue et ça ne me dégoûte pas…je doute de l’efficacité de la campagne… ;).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*