Microsoft ouvre un compte et intègre des tweets dans son moteur de recherche. Peut-on encore négliger Twitter ?

Un récent billet d’Alexis s’appuyant sur une étude de Jam (instantané sur 3 jours) remarquait que la majorité du classement n’y était tout simplement pas présente. Et voilà que Microsoft saute le pas et arrive sur Twitter et par un clin d’œil, Linux lui souhaite la bienvenue ! S’il est vrai que Twitter (18 millions de visiteurs en mai 2009), ou plutôt la teneur de certains échanges suscitent des agacements chez certains, et que le pourcentage d’actifs y est, comme dans les réseaux en général d’ailleurs, assez faible, il faut se rendre à l’évidence, il est désormais impossible de le négliger. L’information en temps réel a montré une pertinence possible dans de nombreux cas récents. Certes, la twitterisation des événements, désormais source d’alimentation des grands médias, participe aussi de la société de l’émotion sur laquelle il y aurait beaucoup à dire, j’effleurais récemment le sujet à propos de Home. Malgré tout ça ou peut-être grâce à ça, Twitter permet l’émergence de groupes d’intérêts ponctuels. Sans être à proprement parler un réseau social, mais plutôt un outil, un réseau de communication, il permet la constitution de communautés dynamiques conjoncturelles en temps réel, rassemblant des followers autour de gazouilleurs dans le cadre de forces de coopérations faibles déjà décrites. Il y a là quelque chose qui oscille entre l’exposition de soi et la démarche solidaire, entre l’intérêt personnel et l’intérêt commun. Tout cela modifie potentiellement les rapports de force entre les états et les citoyens mais aussi entre les entreprises et les clients. Même si l’intervention d’affiliés ou le Pay-per-tweet peuvent assurer la présence de la marque (Alexis faisait allusion au cas Apple), il y a lieu de penser que sa présence en temps que telle permet de mieux contrôler ce qui se dit et d’organiser les réactions à la vitesse de Twitter, et peut-être d’échapper au soupçon. Sur un autre plan, mais toujours dans une logique de twitterisation, Microsoft teste désormais l’intégration des derniers tweets de quelques centaines ou milliers de personnalités jugées éminentes dans les résultats de Bing, son moteur de recherche. En attendant Google…

Partage...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*