Innovation disruptive et nouveaux modèles business 1/2

Posted by on avril 18, 2014 at 3:25 .

Retour sur les Techdays 2014 et une conférence intitulée « disruptive innovation et nouveaux business models » ; D’un point de vue général, innover, repenser la promesse pour rester au sommet est toujours présenté comme une fontaine de jouvence. Encore faut-il distinguer l’innovation courante (sustaining innovation), qui adapte, modifie, redesigne le produit et l’adapte au marché, de l’innovation disruptive qui surgit dans l’espace laissé entre l’offre et la demande des consommateurs au confluent de l’innovation technologique et des nouveaux modes de consommation avec tous les effets de feedback entre l’une et les autres. (Voir le schéma ci-dessous tiré de la théorie de Christensen).

Disruptive Innovation - Théorie de Christensen

 

Le premier type d’innovation courante, (sustaining innovation) se développe au sein même de l’entreprise, déjà structurée, alors que l’innovation disruptive déplace le business model en introduisant une disruption par la technique et par le business model, ce qui implique plus ou moins une rupture dans la culture de l’entreprise. Pour cette raison, cette innovation est souvent externe aux firmes déjà établies, ce qui les menace d’une marginalisation, voire d’une éjection du marché. Deux solutions s’offrent à elles : Promouvoir en permanence l’innovation en favorisant éventuellement l’éclosion d’incubateurs internes ou de nouvelles divisions, et/ou racheter les compagnies innovantes avant qu’elles ne prennent leur totale autonomie de croissance (Voir le diagramme ci-après). L’actualité fourmille de ces rachats parfois surprenants pour le profane.

 

Schéma sustaining innovation

schém-disruptive innovation

 

Si l’innovation disruptive n’est bien sûr pas une nouveauté, elle se déploie à un rythme accéléré dans le monde du numérique. Pensons à ce qu’il est advenu depuis la cassette magnétique au CD gravable, à Napster puis au  téléchargement sur Appstore et au streaming type Spotify ou Deezer.

Où en est-on aujourd’hui ?  Suite au prochain billet

Share

Leave a Reply

*